LINGUISTIQUE SOVIÉTIQUE


LINGUISTIQUE SOVIÉTIQUE
LINGUISTIQUE SOVIÉTIQUE

LINGUISTIQUE SOVIÉTIQUE

Les publications linguistiques soviétiques de 1950 à 1990 dégagent deux tendances principales: la première concerne l’élaboration de modèles mathématiques et linguistiques; la seconde se présente comme un renouveau de la sociolinguistique.

Dans les modèles de la linguistique soviétique, on distinguera plusieurs orientations selon les buts visés et les méthodes mises en œuvre. Créés au départ comme des systèmes purement théoriques, ils visent cependant à des applications pratiques: traduction automatique, enseignement des langues, élaboration des dictionnaires, etc.

Le modèle «sens-texte», ou MST (I. Mel’ face="EU Caron" カuk, A. face="EU Caron" ォolkovskij...), est fondé, du point de vue théorique, sur l’idée de la fonction communicative de la langue. Conçu comme un modèle opérationnel de production et de reconnaissance, le MST doit permettre le passage d’une représentation sémantique du texte au texte lui-même, et du texte à sa représentation sémantique. Le MST opère avec la notion de «sens». Par «sens», il faut entendre ce qu’il y a de commun à deux (ou plus) énoncés acceptés comme équivalents par des sujets parlants. Le modèle comprend cinq composantes: sémantique, syntaxique, morphologique, phonologique, phonétique. Les problèmes de paraphrases sont traités dans la composante sémantique au moyen d’un ensemble de règles et d’un dictionnaire de type combinatoire (chaque mot est accompagné d’indications morphologiques, syntaxiques et sémantiques permettant la synthèse du texte) qui joue le rôle de filtre pour les combinaisons inadmissibles.

Dans le domaine de l’analyse syntaxique, le système de filtres est étudié par O. Kulagina et son équipe en vue de la traduction automatique. Dans le domaine de l’analyse sémantique, l’élaboration d’un dictionnaire sémantique français-russe (sous la direction de V. Rosenzvejg) se fait sur un modèle qui utilise la notation sémantique. Ainsi, la description du sens des mots, pris dans tous les types de contextes possibles, permet la constitution d’une grammaire de la langue à partir du lexique.

Le modèle génératif applicationnel, ou MGA (S. K. Šaumjan), est fondé sur la logique combinatoire. Il pose le problème de l’invariance en linguistique, et donc d’une étude typologique des langues. Plusieurs variantes du MGA sont proposées: 1965, 1971, 1972, 1974. La variante de 1965 a servi à l’élaboration d’une grammaire générative du russe (S. K. Šaumjan et P. A. Soboleva), ainsi qu’à l’élaboration d’un modèle de dérivation lexicale (Soboleva, 1970).

Une place revient aussi aux modèles qui développent les méthodes distributionnelles classiques. Par exemple, A. A. Zaliznjak a établi des procédures (à la méthode classique de substitution il a ajouté le concept d’accord entre le nom et le mot accordé) qui lui ont permis de dresser un inventaire complet des paradigmes nominaux en russe et, par là, de définir des notions telles que cas, nombre, genre, et de donner des règles de synthèse des formes nominales. Dans ce domaine, citons les recherches de I. I. Revzin sur les catégories grammaticales. Par ailleurs, Y. Apresjan, partant du principe qu’il y a une corrélation entre les propriétés syntaxiques des énoncés et leurs propriétés sémantiques, et utilisant les transformations de conversion, a obtenu une classification sémantique des verbes russes. Il a travaillé aussi sur la synonymie lexicale.

Bien représentée en U.R.S.S., la «linguistique mathématique», outre les travaux de statistique linguistique (N. D. Andreev, R. G. Piotrovskij), a désigné l’ensemble des modèles abstraits (et l’étude de leurs propriétés) qui ont eu une interprétation linguistique pertinente. Citons entre autres les travaux d’E. V. Padu face="EU Caron" カeva, de S. J. Fitialov, de Y. Schreïder (qui a construit un modèle topologique qui vise la formalisation des concepts comme accord, enchaînement sémantique, etc.), de V. Borš face="EU Caron" カev (qui a proposé une grammaire topologique nomimale), d’A. V. Gladkij (mathématicien qui a travaillé en collaboration avec Mel’ face="EU Caron" カuk, notamment à un modèle transformationnel, les «D-grammaires»).

Après une période d’intérêt modéré envers la sociolinguistique et d’éloignement des thèses de N. I. Marr et de son école, on a pu assister à son renouveau. Deux principes étaient considérés comme indispensables pour l’élaboration de la linguistique marxiste-léniniste: le caractère social de la langue et le lien organique entre langage et pensée. La langue étant traitée comme un phénomène essentiellement social est soumise dans son ensemble à l’influence de facteurs sociaux. Toute modification qui intervient dans sa structure se produit directement ou indirectement sous leur influence. Aussi toute recherche sur la langue doit-elle examiner la «situation linguistique» considérée comme sous-structure dans la structure des rapports sociaux, «car elle permet de prévoir et de diriger à bon escient l’activité de la langue», c’est-à-dire de pratiquer ce qu’on appelle aussi la «planification linguistique». En ce qui concerne le second principe, la langue est envisagée comme une réalité immédiate de la pensée et, par conséquent, les catégories de la langue sont un reflet de celles de la pensée.

Le domaine de la linguistique structurale et typologique est bien représenté, d’autant plus que les langues parlées sur le territoire naguère soviétique sont nombreuses et diverses. N. G. Mihajlovska se penche, en 1985, sur la question des emprunts et des contacts entre les langues de l’U.R.S.S. Signalons le travail intéressant du groupe d’études structurales et typologiques à l’Institut de linguistique de Leningrad dirigé par V. S. Xrakovskij. S’appuyant sur les travaux théoriques d’A. A. Xolodovi face="EU Caron" カ, le groupe a publié périodiquement une série d’articles réunis autour du même sujet, mais portant sur des langues généralement non apparentées (arménien, birman, grec ancien, tamoul, japonais...) en vue d’une étude comparative et contrastive. En 1987 paraît à Moscou un résumé des problèmes théoriques de la linguistique soviétique des années 1977-1986.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • LINGUISTIQUE — NUL DOUTE que, depuis 1950 environ, nous n’assistions à une véritable explosion scientifique de la linguistique. Discipline noble certes, auparavant, mais que rien ne distinguait dans la masse des autres sciences humaines ou sociales. Elle pesait …   Encyclopédie Universelle

  • Domination linguistique — Impérialisme linguistique L’impérialisme linguistique est la domination culturelle au moyen de la langue. Ce phénomène est une partie du phénomène plus général d’impérialisme culturel qui englobe l’imposition des modes de vie, de l’éducation, de… …   Wikipédia en Français

  • Imperialisme linguistique — Impérialisme linguistique L’impérialisme linguistique est la domination culturelle au moyen de la langue. Ce phénomène est une partie du phénomène plus général d’impérialisme culturel qui englobe l’imposition des modes de vie, de l’éducation, de… …   Wikipédia en Français

  • Impérialisme Linguistique — L’impérialisme linguistique est la domination culturelle au moyen de la langue. Ce phénomène est une partie du phénomène plus général d’impérialisme culturel qui englobe l’imposition des modes de vie, de l’éducation, de la musique, etc. d’un… …   Wikipédia en Français

  • Impérialisme linguistique — L’impérialisme linguistique est pour Robert Philippson la domination culturelle au moyen de la langue. Ce phénomène est une partie du phénomène plus général d’impérialisme culturel qui englobe l’adoption des modes de vie, de l’éducation, de la… …   Wikipédia en Français

  • Nationalités en Union soviétique — L Union des républiques socialistes soviétiques, par sa grandeur et donc par la variété ses régions acquises, était un État multiethnique. On retrouvait bien évidemment des Russes (et autres peuples Slaves), mais aussi des Turcs, des Arméniens,… …   Wikipédia en Français

  • Groupes ethniques d'Union soviétique — Par son étendue et par la variété des régions annexées, l Union des républiques socialistes soviétiques était un État multi ethnique dont la constitution distinguait la « citoyenneté soviétique » appliquée selon le droit du sol à tous… …   Wikipédia en Français

  • Histoire de l'étude linguistique peule — L histoire de l étude du pular ou fulfulde (la langue des Peuls) est jalonnée de recherches intenses et internationales depuis sa découverte au XIXe siècle av. J.‑C. par les explorateurs français, anglais et portugais. Cette recherche s …   Wikipédia en Français

  • République socialiste soviétique autonome moldave — Pour les articles homonymes, voir Moldavie (homonymie). République socialiste soviétique autonome moldave Republica Autonomă Socialistă Sovietică Moldovenească ro 1924 – 1940 …   Wikipédia en Français

  • Centre de linguistique et des sciences du langage — Le bâtiment Anthropole, où se situe le CLSL Le Centre de linguistique et des sciences du langage (CLSL) est un institut d enseignement et de recherche de la Faculté des Lettres de l Université de Lausanne qui regroupe en son sein tous les… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.